Rechercher :

Communiqué de presse: “L’EUROPE N’A PLUS LES MOYENS FINANCIERS DE SON ACTION EXTÉRIEURE”

Saisi par de nombreuses organisations humanitaires sur les retards de paiement de la Commission européenne, Alain Lamassoure, Président de la commission des Budgets du Parlement européen, a organisé ce mardi 4 mars une audition publique avec les Commissaires européens Lewandowski, en charge du budget, et Georgieva, en charge de l’aide au développement.

Malgré l’ouverture de plus de 400 millions de crédits supplémentaires pour l’aide humanitaire au cours de l’année dernière, l’UE a achevé 2013 avec une insuffisance de moyens pour honorer ses engagements les plus récents. Elle commence l’année 2014 avec un décalage supplémentaire de 135 millions entre ses nouveaux engagements et les crédits disponibles de la nouvelle année. Dès ce mois de mars, l’Union ne dispose plus d’aucune marge de manœuvre pour faire face à des besoins nouveaux en Syrie, en RCA ou au Soudan du Sud, sans même évoquer une aide économique exceptionnelle à l’Ukraine ou ailleurs.

Les conséquences sont graves. À court terme, des vies sont mises en danger. Au-delà, la crédibilité de toute nouvelle annonce se mesurera à la volonté des gouvernements d’apporter les compléments de fonds nécessaires.

Le Parlement européen se mobilise pour rassembler des fonds pour l’aide humanitaire

L’aggravation de la guerre civile en Syrie et de la situation en Centrafrique ont augmenté considérablement les besoins d’aide humanitaire d’urgence. Des hôpitaux de campagne risquent de fermer faute de crédits. Président de la Commission des Budgets, Alain Lamassoure convoquera le 4 mars la Commissaire en charge de la Coopération et le Commissaire au Budget à une réunion publique pour trouver une solution d’urgence.

Discours prononcé lors du débat sur le budget de l’UE pour l’année 2014 en séance plénière du Parlement européen, à Strasbourg le 19 novembre 2013

Ce premier budget du nouveau cadre confirme les inquiétudes que nous avions en négociant les chiffres du Cadre financier pluriannuel.

Dès 2014, nous avons besoin d’utiliser le total des plafonds de crédits de paiement. Nous n’avons plus la moindre marge de manœuvre : il faudra utiliser tous les moyens de flexibilité disponibles.

Nous voterons pourtant le compromis auquel est parvenue la conciliation. Il comprend le budget rectificatif 9 et le budget 2014. Il a le mérite de combiner les deux exigences de toutes les politiques budgétaires européennes d’aujourd’hui.

1 – La rigueur. 144 milliards d’euros seront dépensés en 2013. Les crédits de paiement de 2014 ne dépasseront pas 135 milliards. 9 milliards et 6% de moins. Aucun pays ne l’a fait. Plus personne ne peut donner des leçons de sérieux budgétaire à l’UE.

2 – Et, malgré la rigueur, la concentration des efforts sur les priorités du Parlement européen: (Lire la suite…)

Discours prononcé lors du débat sur le Cadre financier pluriannuel de l’UE pour la période 2014-2020 en séance plénière du Parlement européen, à Strasbourg le 19 novembre 2013

Le 3 juillet, le Parlement européen avait approuvé le compromis trouvé sur le Cadre financier pluriannuel, en subordonnant son vote final à 3 conditions. Ces conditions sont maintenant remplies.

Nous avons sécurisé les paiements supplémentaires nécessaires pour exécuter le budget 2013 en équilibre : 3,9 milliards.

Les règlements législatifs qui définissent le contenu des politiques communautaires financées par le budget ne donnent plus lieu à divergences majeures.

Le lancement de la procédure de réforme des ressources du budget est acquis dans le mois qui vient. (Lire la suite…)

“Un premier pas a été franchi vers la solution des problèmes budgétaires immédiats de l’Union ” Communiqué d’Alain Lamassoure le 7 novembre 2013

“Après le trilogue de ce 7 novembre, et à la veille de la conciliation entre les 28 ministres du Budget et la délégation du Parlement, un premier pas a été franchi vers la solution des problèmes budgétaires immédiats de l’Union.

Les crédits de paiements nécessaires pour achever l’année 2013 en honorant tous les engagements juridiques dus cette année sont désormais assurés. Au total, il aura fallu augmenter de 11,2 milliards, soit de plus de 8%, le budget initial tel qu’il avait été contraint par les ministres du Budget. L’intransigeance sans faille du Parlement européen a bel et bien sauvé l’Europe de la cessation de paiements. (Lire la suite…)

Quelques moments de la visite de la délégation de la commission des Budgets du Parlement européen à Vilnius, le 20 septembre: réunion de travail avec la Présidente de la République lituanienne, Dalia GRIBAUSKAITÉ, réunion puis conférence de presse avec le Vice-ministre des Finances, Algimantas RIMKUNAS, et réunion avec le Ministre des Affaires étrangères, Linas LINKEVIČIUS.

Discours prononcé lors du débat en séance plénière du Parlement européen sur le projet de budget de l’Union européenne pour 2014, le 10 juillet 2013 à Strasbourg:

Les budgets rectificatifs 2013 et de budget 2014 sont soumis à la même contrainte politique absolue : respecter l’accord passé entre les trois institutions sur le cadre pluriannuel. Cet accord engage l’unanimité des gouvernements et au plus haut niveau.

Pourtant, les ministres du Budget l’ignorent. Le projet de budget 2014 adopté le 2 septembre dernier coupe les propositions de la Commission sur les politiques prioritaires que nous avons définies en commun : l’initiative pour l’emploi des jeunes, la recherche, l’aide aux PME, Erasmus pour tous. A quoi sert le Comité des Représentants permanents, s’il n’est pas capable d’informer les ministres du Budget des décisions politiques prises par le Conseil européen et validées juridiquement par le Conseil Affaires générales ? Est-ce au Parlement de veiller à ce que les chefs de gouvernement se fassent obéir par leurs Ministres ? (Lire la suite…)

Vidéo d’Alain Lamassoure: Budget européen 2014-2020: à quoi sert-il? Comment est-il financé?


Alain Lamassoure: Budget européen 2014-2020: à… par PPE_FR

Alain Lamassoure s’est rendu à Washington du 12 au 19 juillet avec une délégation de la commission des Budgets du Parlement européen

Il a rencontré notamment les ambassadeurs de l’Union européenne auprès des Etats-Unis, les économistes de la Banque centrale et du FMI, les dirigeants de l’Institut américain de la Paix et ses homologues au Congrès des Etats-Unis: Harold Rodgers, président de la commission des crédits, et Paul Bryan, président de la commission du Budget, et ancien candidat à la vice-présidence des USA

Discours prononcé en session plénière du Parlement européen lors du débat sur le bilan de la présidence irlandaise, y compris sur le Cadre financier pluriannuel de l’Union européenne pour 2014-2020, à Strasbourg le 2 juillet 2013

 Je tiens à remercier la présidence irlandaise. Eamon Gilmore a su aller au-delà d’un mandat de négociation terriblement contraint par l’exigence de l’unanimité. Je veux aussi rendre hommage à toute l’équipe des rapporteurs pour un travail collectif remarquable.

Le Parlement a fait preuve de réalisme. Le budget européen est financé par les budgets nationaux. Les budgets nationaux sont ruinés. Il n’était pas possible d’obtenir des chiffres supérieurs. Avec de tels chiffres, l’Union pourra-t-elle financer les objectifs qu’elle se fixe à elle-même ? Non.

Alors, que faire ? (Lire la suite…)

Articles plus anciens »